Le site de l'Escaille

24/08/2017 17:52

Le site de l’Escaille

 

Les origines de la propriété

Au XV ème siècle le moulin de l'Escaille appartenait aux seigneurs de Walhain. La propriété fut acquise par l’abbaye de Gembloux en 1531 sous l’abbatiat de l’abbé Papin (1518-1541) en l'échangeant avec Antoine de Glymes, seigneur de Walhain, contre la dîme perçue par l'abbaye sur le domaine de Baudecet-sous-Walhain.

La toponymie des lieux rappelle les exploitations d’ardoises et d’argile entreprises à cet endroit sous l’ancien régime.

Le 1er décembre 1795, le Directoire supprima chez nous les ordres et les congrégations religieuses, confisquant leurs biens au profit de la République. Les anciennes propriétés de l’abbaye de Gembloux furent mises en vente dès le mois de mars 1797. Le moulin à farine de l’Escaille comportait alors, outre la maison du meunier, des écuries, une grange, un jardin, un étang, 29 bonniers de terres et prairies, divisés en neuf parties. Le tout était affermé à François Lotin. L’estimation de la valeur en était de 55.000 frs. La vente se réalisa pour 80.000 frs., au profit de trois ex-religieux, dont Jean-François Drusse établi à Gembloux.

Le moulin était encore en activité durant la seconde guerre mondiale. Il appartenait alors à M. Fritz Marchal et à sa sœur Urbina qui l’exploitaient.  Une fois abandonné, ce témoin de la fin du XVIe siècle allait très vite être pillé et tomber en ruines.

Fin des années 50, le site a été acquis par la S.A. Raffineries Tirlemontoises  pour y installer ses décanteurs pour recycler les boues et déchets provenant de la sucrerie proche. En 1987, la sucrerie cessa ses activités et l’endroit laissé à l’abandon.

 

Réaffectation en réserve naturelle

Les choses auraient pu en rester là sans la sélection, parmi 120 autres, d’un projet présenté par la ville dans le cadre de la campagne « Les sens du patrimoine » promue en 1996 par la Fondation Roi Baudouin. En l’espèce, il s’agissait de sensibiliser les jeunes au patrimoine historique, culturel et architectural qui les entoure par des démarches éducatives, ludiques et sensorielles.

Le Fond accorde 400.000 frs d’aide. La démarche proposée sera portée par une quarantaine d’élèves de la section fondamentale de l’athénée et de l’école communale de Grand-Manil,  en partenariat avec le Centre culturel, le Comité de la réserve de l’Escaille et l’ASBL l’ Arbre à lettres (centre de création audio-visuelle). Deux axes de sauvegardes sont envisagés : d’une part de la biodiversité existant sur le site et, d’autre part, des ruines du moulin comme élément de mémoire collective.

Au début des années 60, la meunerie était encore debout. Elle a donc laissé des traces (photographies, souvenirs des anciens, écrits,…). Tout ce travail aurait du aboutir, entre autres, à la reconstruction, sur les ruines mêmes, de la volumétrie du moulin à l’échelle 1/1 grâce à une ossature en bois sous un décor de lierre….. (1998).

Quoi qu’il en soit advenu, il reste un coin de nature préservée au beau milieu de la Hesbaye. Un oasis de diversité dans un désert biologique. Un ilot de verdure et d’eau dans un océan de terres sacrifiées à l’agriculture industrielle et d’un zoning industriel qui les grignote inexorablement. Et ce en bordure de la route N4 et à un jet de pierre du centre urbain!

Aujourd’hui, cet endroit improbable, entièrement traversé par l’Orneau, comprend 2 étangs dont l’un couvre 1 ha. Le promeneur peut y rencontrer plus de 350 espèces botaniques. Près de 100 espèces d’oiseaux différents peuvent y être observés chaque année . La réserve a été  agréée  par la Région wallonne en 1991 et appartient à la RNOB – Natagora.

On notera le travail opiniâtre d’Olivier Guillitte, Docteur en sciences agronomiques, chercheur et enseignant, qui a œuvré et continue d’agir pour cette réalisation qui vise à protéger la biodiversité et à conscientiser le grand public en ce sens.

 

 

Accès au moulin  (ca 1960)   Potalle dédiée à Saint Donat -- photo B.Laurent (coll. privée Marthe Debecker).

 

 

 

Le moulin vers 1910

Ruines du moulin (avril 2007)

 

L'étang (avril 2007)

 

L'Orneau qui traverse le site (avril 2007).

 

 

Sources :

Gembloux, ma ville, mon village (éd.CRAHG - 1999).

Gembloux, la ville et l’abbaye (J. Toussaint) Ed. de l’Orneau 1977

Gembloux – le moulin de l’Escaille, support de projet éducatif – P.H. – Le Soir 3/02/1998

http://biodiversite.wallonie.be/fr/112-l-escaille

 

Contact