La Médaille de Gembloux

19/05/2017 17:13

 

Avant-propos

Un article paru dans le bulletin communal  en avril 2017 relatait l’attribution, en décembre 2016, de la Médaille de Gembloux à un vétéran Français toujours alerte en dépit de ses 102 ans.

Pour en connaître davantage à propos de cette distinction honorifique, monsieur Raoul François, col (hr) et président du Comité Franco-Belge, a accepté bien volontiers de nous fournir toutes les informations souhaitées. Le texte qui suit s’appuie essentiellement sur sa précieuse documentation. Nous le remercions chaleureusement pour sa disponibilité et sa courtoisie.

 

Genèse

C’est le 7 avril 1956, dans les salons de l’Hôtel de Ville de Bordeaux que fut signé le Protocole Franco-Belge d’institution et d’attribution de cette médaille. On sait la Ville de Bordeaux emblématique pour les relations entre la France et la Belgique: résidence provisoire du gouvernement Belge en exil en 1940; siège aussi de l’Amicale des vétérans de la 1DM.

Monsieur Neumeyer, président de l’Association des combattants belges de Bordeaux, connaissant les évènements de mai 1940 au cours de la Manœuvre « Dyle » et l’intensité de ceux-ci autour de Gembloux, avait demandé en 1955 à l’Administration communale la création d’une Médaille pour le souvenir et la commémoration de la bataille de Gembloux en honorant les hommes qui y avaient pris part. Le Sénateur –Bourgmestre de Gembloux, Monsieur Arthur Lacroix, et le président du Comité Franco-Belge sollicitèrent l’avis de l’Association française « Flandres-Dunkerque 40 ». Le Comité-directeur de celle-ci appuyant la démarche, émit elle-même le souhait d’instituer la Médaille de Gembloux.

Dans l’esprit de ses créateurs cette médaille devait être attribuée aux seuls hommes qui avaient pris effectivement part aux combats autour du centre de défense de Gembloux au cours de la Manœuvre « Dyle ».

 

Conditions et bases du Protocole

Il fut donc décidé que :

  • La Médaille serait décernée aux combattants français ayant participé au sein de leur Unité aux combats en Belgique entre le 10 et le 16 mai 1940 pour la défense de la ligne KW ou à l’est de ce front, à ceux qui se seraient trouvés en soutien de ces Unités, ainsi qu’à des combattants belges ayant éventuellement pris part à ces combats…
  • Que l’Administration communale de Gembloux déléguerait ses pouvoirs au Comité Franco-Belge dans les décisions d’octroi de la Médaille.
  • Que l’association « Flandres-Dunkerque 40 »serait chargée de l’étude des dossiers de demande , de remettre avis quant aux droits des demandeurs et de notifier au Comité Franco-Belge de Gembloux ses décisions concernant les combattants français.
  • Qu’afin de rendre hommage à la 1DM, le président de l’amicale de cette grande Unité serait signataire du protocole de création, et signerait conjointement par la suite les diplômes, aux côtés du Bourgmestre de Gembloux, du président national de Flandres-Dunkerque  40 et du président du Comité Franco-Belge de Gembloux.

Sur ces bases le Protocole de la Médaille de Gembloux fut signé à Bordeaux le 7 avril 1956, sous le Patronage du Ministère français de la Défense.

 

Réalisation de la Médaille et de son ruban

Le Vice-président  honoraire des anciens de la 1DM et de Flandres-Dunkerque 40, Maurice Avril, graveur d’art, ayant étudié et présenté plusieurs projets de réalisation de la Médaille et de son ruban, le choix se porta sur l’un d’entre eux, et la Maison Arthus-Bertrand de Paris fut chargée de la réalisation. Il fut décidé en outre qu’après production, les plombs et moules de la Médaille seraient détruits afin d’interdire des contrefaçons ou d’éviter des attributions non agréées. La revente de la Médaille étant déclarée illicite et pénalement punissable en France et en Belgique.

 

Procédure d’attribution

Pour établir ses droits tout demandeur devait justifier l’Unité avec laquelle il avait participé aux combats et prouver qu’il remplissait les conditions requises.

Il fallait soit :

-  Faire viser la demande par une Amicale régimentaire ou de vétérans, celle-ci se portant garante de la validité des droits invoqués ;

- Ou bien, remettre une copie certifiée conforme du texte d’une citation personnelle prouvant la présence dans la zone spécifiée dans le Protocole ;

- Remettre une attestation d’un Officier de l’Unité au sein de laquelle le demandeur avait combattu (ou de l’Unité qui en avait repris les traditions) prouvant que les conditions requises étaient remplies ;

- Remettre une copie certifiée conforme de la page 7 du Livret militaire ou de l’Etat Signalétique et des Services, si ces documents pouvaient justifier la présence du demandeur sur les lieux spécifiés ;

- Indiquer le numéro de son diplôme d’attribution de la Médaille de Dunkerque, puisque pour obtenir celle-ci il devait remettre un document prouvant les lieux où il se trouvait aux dates spécifiées ;

ET

Avoir appartenu à une des Unités suivantes :

1ère armée Française :IIIe, IVe, Ve Corps d’armée

Corps de Cavalerie : 2e et 3e DLM

32e D.I.

Unités et Services de soutien.

 

La Médaille de Gembloux a été accordée, à leur demande, à plus de 3.500 vétérans.

Les premières attributions eurent lieu en 1956. La plus récente en décembre 2016.

Actuellement, la lettre d’attribution est signée par M. le Bourgmestre de Gembloux ,  et par le Président du Comité Franco-Belge ; et ce depuis la dissolution des autres amicales et associations françaises des vétérans.

 

 

Description de la symbolique de la Médaille de Gembloux

Contact