Emile Alomaine: un alerte nonagénaire

07/01/2015 16:42

Emile Alomaine est un personnage emblématique de la ville de Gembloux.

C’est d’abord un sportif de renommée internationale. Mais aussi une personnalité hors du commun. A bientôt 90 ans, il conserve une forme exceptionnelle. Et sa lucidité sur le monde sportif et la vie de ses contemporains interpelle.(Photo 1).

Cadet d’une famille de 8 enfants (5 garçons et 3 filles), Emile est né rue des Oies. Dès l’âge de 4 ans, il entre au Royal Essor de gymnastique. Tout comme ses frères. Il se distingue, et bien vite suivra les cours de la Fédération belge de gymnastique,  les cours d’éducation physique de la Province et sera diplômé. Le voilà enseignant  et, pourtant, il opte pour une carrière bancaire à la BBl durant plus de 30 ans. En même temps, il reste actif à l’Essor: moniteur et puis directeur.

Durant la période « Essor » il pratique le foot: gardien de but de l’équipe première durant un an  (1ère provinciale).

Il se tourne ensuite vers l’athlétisme, pratiquant le cross-country. Il participe au tour de Spa avec Zatopek, plusieurs fois à Hannut et sera plusieurs fois champion de la province avec son club de Gembloux. Il participe également à pas moins de 25 cross organisés par le journal « Le Soir ».

Du cross il passe à la marche, tentant avec succès les 100 km de Bruxelles-Liège organisé par Gaston Reiff, les 20 km de Hollande, la marche des centurions en Angleterre, les 6 heures de Perpignan, les 200 km de Narbonne (4 victoires)….

En 1970, il se décide à passer les tests éliminatoires en vue de participer au mythique  Paris- Strasbourg, les réussit et se lance dans l’aventure: plus de  500 km à pied. D’abord avec  des moyens peu appropriés au point de vue matériel et équipe ; et puis, avec des moyens plus adéquats, il réalisera les exploits qui firent sa renommée:  8  participations, deux fois 2e. (1)

Ensuite, avec son épouse Irène, kiné, logopède et excellente sportive également, il s’occupe de pongisme. Il sera dirigeant de la fédération de tennis de table de Namur (F.R.B.T.T.). Il pratiquera aussi  le vélo et la marche hors compétition.(Photo 2).

Sa conception du sport et de la compétition est très saine. Il s’insurge contre le dopage qui pourrit ce monde. Contre l’argent, aussi, qui corrompt tout, et la politique qui s’insinue et s’incruste. L’ascète qu’il est ne supporte pas les compromissions. C’est tout en simplicité qu’il exprime sa devise : « Un sport sain pour un capital santé ».

Une anecdote situe bien le personnage: en été 1944, les alliés progressent et l’occupant est nerveux. Le 21 juillet - Gembloux étant  toujours occupé - il déploie publiquement, en plein jour, le drapeau national qui avait été enlevé par les autorités communales sur ordre des allemands, sur le monument aux Morts de la place Saint-Jean. (Photo 3).

Emile Alomaine a toujours vécu à Gembloux. Un temps mandataire communal, il remplit cette fonction dix-huit ans d’une manière franche et pour le dire, assez peu conforme aux habitudes politiciennes. Son action et son dévouement furent là aussi très appréciés.

Aujourd’hui, Emile reste très actif. Toujours soucieux d’une vie saine, il s’astreint encore quotidiennement  à de la musculation et du vélo d’intérieur.

Il fêtera son nonantième anniversaire le 2 février 2015. Compliments Monsieur Alomaine. Et excellente continuation.

Emile Alomaine - 2014

Photo La Meuse (V.C.)   6 janvier 2015

Emile(90) et Irène (83).

 

Photo: bulletin du CRAH - n° 43,année 1992 pp. 696 et 697 - Lt.-Col (H) Raoul François

 

Sources :

  1. Les diables de Wallonie dans l’enfer de Paris-Strasbourg, un reportage de Patrice Pascal et Michel  Wanet  (Le Soir 15-6-1976).                                                                                                        

V.A. du 26/08/1999 (s) J.B.

V.A. du 19/02/2004 (s) J.B.

V.A. du 17/07/2008 (s) Jacques Bourguignon                                                                                                                                                

Contact